Les animaux sont déjà adaptés au plastique: ce corail préfère se nourrir de microplastiques

La pollution microplastique de nos océans est un fait: dans les eaux du fond des océans, la présence de microplastiques dans des quantités allant de 2,06 à 13,51 pièces par litre a été constatée, des chiffres bien supérieurs à ceux trouvés en surface.

Cependant, il existe déjà des animaux qui s'y sont adaptés de manière évolutive, comme ce type de corail qui préfère se nourrir de microplastiques.

Astrangia poculata

Astrangia poculata Il est originaire des eaux peu profondes de l'océan Atlantique occidental et de la mer des Caraïbes et, selon une étude récente, il se nourrit de microplastiques. Les spécimens que l'équipe a recueillis ont été trouvés au large de la côte de Rhode Island, près de la ville de Providence. Le site a été choisi en raison de sa proximité avec une grande zone urbaine.

Ce qui a été découvert est que chaque polype contenait au moins 100 morceaux de microplastique, la première instance enregistrée de plastique qui consomme du corail dans la nature.

Mais la chose la plus étonnante est ce qui s'est passé ensuite. L'équipe a jeté des microbilles dans des réservoirs de coraux élevés en laboratoire avec leur nourriture habituelle, des œufs de crevettes. Quand ils ont ensuite coupé les coraux pour les ouvrir, ils ont découvert qu'il y avait deux fois plus de plastique dans leurs polypes que dans des œufs de crevettes. Les chercheurs affirment que cela montre que le corail a une forte préférence pour les traces de plastique par rapport aux aliments naturels.

Astrangia poculata se développe en petits groupes jusqu'à 5 cm de large. Les polypes individuels sont grands et reposent dans des gobelets pierreux appelés coralitos. Les polypes sont translucides et la colonie a l'air poilue quand elle se dilate. Dans les eaux chaudes et à forte luminosité, ce corail abrite souvent dans ses tissus des protistes symbiotiques produisant la photosynthèse, connus sous le nom de zooxanthelles. Dans des conditions plus froides ou par faible luminosité, les zooxanthelles ne peuvent plus être bénéfiques pour les coraux et peuvent être expulsées.